Logo_AuCiel_CafeBistro_png.png

Pour ceux qui méritent un peu plus !

Allez au « Au Ciel » sans mourir…


…À quelques rues de chez-vous, coin nord-ouest à la croisée de la 14e avenue et Notre-Dame, vous y êtes : « Au Ciel », un café-bistro. À sa porte, laquelle l’amateur d’architecture qualifie la pièce d’une œuvre du patrimoine religieux ; les plus âgés ou les nostalgiques, un souvenir de « déjà vu » les éveillera… Ouvrez et regardez, tout est à voir ! - Non, ce n’est pas un monsieur à la longue barbe blanche qui vous saluera. Avec un « Bonjour ! » Claude et Ginette, sourire aux lèvres, vous accueillent.

 

Prenez le temps de voir... Le plancher en frêne, entouré de murs de briques, donne déjà un climat chaleureux. Dans la reconstruction, tout ce qui était recyclable a été recyclé. À l’entrée, à l’arrière de la porte, qui originalement était une bombonne d’oxygène de pompier s’est métamorphosée en un porte parapluies. Deux colonnes antiques poncées, à faire l’envie de Samson, s’élancent vers une partie du ciel bleu. Au centre du plafond, l’agencement des boules de lumières striées avec des matériaux recyclés, reliées par des fils trouvés dans une des odyssées de Claude, nous démontre sa créativité. L’ameublement, bien que contemporain, a été retouché par l’ajout de coussins maisons. Un ancien baril de la Seagram, converti en table où l’on dépose sucre, lait, crème, bâtonnets et serviettes de tables, pourrait faire saliver les amateurs de rhum. Le plafond cuivré, avec ses 92 tuiles gaufrés, remis à ses allures d’antan, nous rappelle les plafonds de nos ancêtres.

 

 

 

 Sur les murs, quelques photos qui vous amènent dans le temps et qui alimentent les discussions au bon vouloir de notre mémoire. Le comptoir, a été refait et refait… c’est la troisième version qui a comblé les désirs esthétiques de notre ami Claude. Pour les pieux, on y retrouve un banc d’église et pour les curieux, sur la brique derrière le banc, il y a d’inscrit une maxime, vieille comme le monde. – Allez voir !

Prenez le temps de manger santé… Un menu santé, écrit à la main sur une ardoise, vous donne un choix entre les rôties, bagels muffins, yogourt, cretons maison, confiture maison et des œufs qu’ « Au Ciel », seulement, on peut servir. Un panini avec saucisses italiennes ou jambon, salades, un sandwich à l’unité ou en trio peuvent accompagner la soupe du jour. On peut y boire café filtre, expresso, cappuccino, latté, thé, tisane et chocolat chaud sans oublier le dessert. Le gourmand et le gourmet vivront le slogan du proprio : « Pour ceux qui méritent un peu plus. » Pour les fervents de l’actualité, le journal vous accompagne où vous pourrez aussi, après une revue de la section des sports, vous assurez que vous n’êtes pas sur la liste de nécrologie, après tout, vous êtes « Au Ciel ». – Allez voir !


Prenez le temps de regarder… De disponible, une salle : Salon du Père Jean, pour des rencontres entre amis, des rencontres familiales ou pour des réunions de comité, est meublée d’une table ronde pouvant accommoder confortablement douze disciples. La porte de ce salon : une pièce d’art de notre patrimoine, a repris ses charmes d’époque, grâce à la patience et la persévérance de Ginette. Dans ce même salon, une autre pièce antique, une porte à quatre pentures qui a été, elle aussi, démaquillée, encore avec les talents de Ginette, pour lui redonner ses airs folkloriques. Où nous amène-t-elle ? - Allez voir !


Prenez le temps… De vivre « Au Ciel » une ambiance nourrie par la passion de ses hôtes : des anges !!! Allez « Au Ciel » fréquemment n’est pas péché… Allez-y avant de mourir !


Gilles Beauregard

Article paru dans le Messager de Lachine Dorval du 14 octobre 2010